Qu’est ce que le CBG (Cannabigérol) ?

Qu’est ce que le CBG (Cannabigérol) ?

Les fleurs de cannabis sont dotées d’une chimie complexe, et le THC et le CBD n’en sont qu’une infime partie. Ici, vous apprendrez tout ce qu’il faut savoir au sujet du CBG, un cannabinoïde moins connu. Découvrez sa création par le plant, pourquoi le THC et le CBD ne pourraient exister sans lui et quels sont ses effets et bienfaits uniques.

Avez-vous déjà regardé de près une fleur de cannabis ? Si oui, vous avez sûrement remarqué tout un tas de cristaux brillants. Ces structures minuscules sont appelées trichomes et celles-ci contiennent la chimie complexe du cannabis.

On a tous entendu parler du THC et du CBD à ce stade. Mais les trichomes produisent plus d’une centaine d’autres composés chimiques différents et appartenant à la famille des cannabinoïdes. Les scientifiques travaillent et dévoilent en ce moment même les propriétés de ces constituants et quelques-uns se démarquent particulièrement bien du reste.

Parmi eux, on retrouve notamment une molécule du nom de cannabigérol (CBG). Hormis son potentiel d’être avantageux pour les humains, le CBG joue un rôle majeur dans la formation du THC, du CBD et d’autres éléments clés au sein du plant de cannabis.

Poursuivez votre lecture pour découvrir tout ce qu’il faut savoir de cet élément chimique fascinant. Découvrez sa création au sein du plant de cannabis, les effets qu’il prodigue et comment on peut le comparer au CBD plus recherché et établi.

Qu’est-Ce Que Le CBG (Cannabigérol) ?

Le CBG appartient à la famille des cannabinoïdes et joue un rôle intéressant à l’intérieur et à l’extérieur du plant de cannabis.

Le Dr Raphael Mechoulam, pionnier de la recherche sur le cannabis, a isolé le CBG du cannabis en 1964, la même année où il a isolé le THC. Cependant, contrairement au THC, le CBG ne produit aucun effet psychotrope chez l’homme.

Le THC provoque un état d’euphorie en raison de son interaction avec le système endocannabinoïde, un réseau de récepteurs à l’échelle du corps auquel se lient les cannabinoïdes produits en interne (anandamide et 2-AG). Étant donné sa similarité moléculaire avec les cannabinoïdes internes, le THC s’accroche aux récepteurs CB1 du cerveau, ce qui provoque un « high ».

Le CBG, quant à lui, est censé se lier aux récepteurs cannabinoïdes traditionnels CB1 et CB2 avec une faible affinité. En revanche, il se lie aux récepteurs du « système endocannabinoïde élargi » avec une efficacité bien supérieure, notamment aux récepteurs vanilloïdes impliqués dans la signalisation du système nerveux.

Dans le plant, le CBG sert de précurseur chimique aux autres cannabinoïdes que nous connaissons et aimons. Plus précisément, c’est la forme acide du CBG – le CBGA – qui est responsable de l’existence de cannabinoïdes comme le THC et le CBD. En tant que telle, le CBGA (et le CBG lui-même) a gagné le titre de « cannabinoïde mère ».

Biosynthèse du CBG

Pour comprendre comment le CBG est créé dans le cannabis, il faut comprendre les bases de la biosynthèse. La biosynthèse des cannabinoïdes a lieu dans les glandes des trichomes. « Bio » fait référence à la vie, et « synthèse » fait allusion à la création de quelque chose. Ce mot à consonance complexe se résume simplement à la façon dont quelque chose – dans ce cas un cannabinoïde – se forme.

Plusieurs voies de biosynthèse sont utilisées par le plant de cannabis pour produire différents cannabinoïdes. L’une d’entre elles commence avec notre cannabinoïde mère, le CBGA (acide cannabigérolique).

Après la création du CBGA, des enzymes végétales agissent sur la molécule. Ces protéines travaillent pour catalyser une réaction qui transforme le produit chimique en d’autres acides cannabinoïdes, dont le THCA et le CBDA.

Il faut une enzyme spécifique pour convertir le CBG en une molécule correspondante. Sous l’action de l’enzyme THCA synthase, le CBDA se transforme en THCA. Lorsque le CBDA synthase dirige la réaction, le cannabinoïde mère se transforme en CBDA.

Ce n’est que lorsque le THCA et le CBDA sont exposés à une chaleur suffisante qu’ils perdent le « A » de leur titre et se transforment en leurs versions activées (ou « décarboxylées »), le THC et le CBD. Il en va de même pour la conversion du CBGA en CBG.

Actuellement, le CBG n’est présent qu’en très petites quantités dans la plupart des variétés de cannabis. Cependant, les chercheurs ont développé des chemovars (variétés chimiques) qui expriment 100 % de leur profil cannabinoïde en CBG. Les résultats de ces programmes de sélection prouvent que les variétés à forte teneur en CBG deviendront bientôt un élément populaire sur le marché du cannabis.

D’où Provient Le CBG ?

Vous savez maintenant que le THC et le CBD proviennent finalement du CBGA. Mais, d’où vient le cannabinoïde mère lui-même ?

Comme pour la plupart des choses dans les plants, le processus commence avec la lumière du soleil. Les plants de cannabis exploitent le pouvoir de la photosynthèse pour convertir l’énergie lumineuse en sucres simples qui servent de source d’énergie. Ces unités d’énergie permettent à la plante d’effectuer des processus physiologiques de base, notamment des fonctions métaboliques.

Les plants utilisent ensuite la coenzyme acétyl-CoA pour lancer un processus long et complexe impliquant une chaîne de réactions chimiques dont nous ne vous parlerons pas ici. À la fin de ce processus, les plantes de cannabis possèdent deux molécules clés : le pyrophosphate de géranyle (que nous appellerons simplement « GP ») et l’acide olivétolique (« OA »).

Une fois que ces deux molécules se forment et deviennent disponibles, le gros du travail est fait. Il suffit d’une réaction entre ces deux produits chimiques pour former le CBGA, qui va ensuite jeter les bases des autres cannabinoïdes importants mentionnés ci-dessus.

Pourquoi Consommer Du CBG ?

Mais pourquoi devrions-nous nous intéresser au CBG ? Nous avons déjà le THC pour s’occuper du côté psychotrope des choses et le CBD fait un bon travail en offrant les avantages du cannabis sans nous faire planer.

Ce sont d’excellents arguments, mais nous devons nous rappeler que presque chaque cannabinoïde apporte quelque chose d’unique au produit. Le CBG produit des effets uniques vis-à-vis de son interaction avec le corps. Il interagit avec les récepteurs à l’intérieur et à l’extérieur du système endocannabinoïde pour créer des effets dont le THC et le CBD ne sont pas capables.

Les recherches sur le CBG sont encore très préliminaires. Nous ne pouvons certainement pas considérer les données actuelles comme la preuve que la molécule produit des résultats spécifiques. Nous devons attendre des essais contrôlés sur l’Homme avant de pouvoir fournir une véritable évaluation de ce que le CBG peut faire.

  • Le CBG Et Le Système Nerveux

Le CBG se lie aux récepteurs vanilloïdes, dont certains jouent un rôle dans la transmission des signaux de douleur au sein du système nerveux central. Le composant actif des piments (capsaïcine) cible le récepteur TRPV1 et, ce faisant, provoque des sensations de chaleur et de douleur. Cependant, une fois qu’il a stimulé ce site, il entraîne une période de désensibilisation et rend les récepteurs temporairement incapables de détecter d’autres irritations.

On pense que le CBG fonctionne de la même manière, mais le cannabinoïde le fait sans provoquer d’irritation au départ. Le CBG peut également exercer des effets apaisants de manière similaire, car il se lie au même site récepteur.

Des recherches préliminaires ont également étudié le potentiel du CBG en tant qu’outil thérapeutique du système nerveux. Des recherches publiées dans le Journal of Neuroimmune Pharmacology montrent que des molécules apparentées au CBG ont été capables de soulager l’irritation des composants du système nerveux chez la souris.

Le cannabinoïde mère semble également contribuer à la relaxation des muscles. En stoppant la réabsorption du GABA, un neurotransmetteur relaxant, le CBG peut aider à détendre les tensions et les crispations.

  • Le CBG Et Le Cerveau

Le CBG pourrait-il être étiqueté comme un cannabinoïde nootropique ? Peut-être. Les premières recherches sur les souris ont examiné la capacité du CBG à améliorer l’humeur. Comme il interagit avec les récepteurs de la sérotonine dans le cerveau, les scientifiques sont impatients de voir s’il pourrait être bénéfique aux personnes souffrant de tension et de nervosité.

Une étude publiée dans la revue Neurotherapeutics a cherché à déterminer les effets neuroprotecteurs du CBG. Les chercheurs ont testé le cannabinoïde dans un modèle animal de la maladie de Huntington, une affection qui affecte l’humeur, le mouvement et la pensée. Dans l’ensemble, leurs résultats ouvrent la voie à de futures recherches plus approfondies sur le sujet.

  • CBG Et Système Digestif

Les découvertes récentes concernant le microbiome et la santé intestinale démontrent l’importance vitale du système digestif dans la santé humaine.

Actuellement, le syndrome du côlon irritable touche environ 10 à 15 % de la population en Europe et en Amérique du Nord. Cette affection est probablement due à un dysfonctionnement immunitaire au niveau de l’intestin et se traduit par des douleurs d’estomac, des crampes et des ballonnements.

Des recherches publiées dans la revue Biochemical Pharmacology ont testé le CBG sur cette maladie incurable chez une souris. Les chercheurs ont constaté une réduction des biomarqueurs associés à la maladie et une réduction de la production de radicaux libres dans les cellules intestinales.

  • CBG Et Le Système Musculo-Squelettique

Dans un avenir proche, le CBG pourrait également jouer un rôle dans la promotion de la santé osseuse. L’ostéoporose, ou perte de densité osseuse, survient lorsque les cellules qui dégradent les os prennent le dessus sur celles qui fixent le tissu osseux. Elle est due à des facteurs génétiques, à des changements hormonaux et à un manque de stress adéquat sous forme d’exercice.

Les premières recherches ont cherché à savoir si le CBG pouvait favoriser le processus de guérison osseuse, mais nous sommes encore loin d’avoir de véritables réponses concernant le potentiel du CBG en matière de promotion de la santé osseuse.

L’Avenir Du CBG

Le CBD a réussi à s’imposer lorsque les scientifiques ont dévoilé son mécanisme et ses effets potentiels. À partir de là, les consommateurs n’ont pas tardé à tirer parti de ce cannabinoïde, et beaucoup s’extasient aujourd’hui sur les effets qu’ils ressentent avec. Il est probable que le CBG suive cette même trajectoire. Les premières recherches semblent prometteuses, mais nous avons besoin d’études complètes sur l’Homme pour vraiment révéler ce que le cannabinoïde peut faire.

De nombreux produits dérivés du cannabis et du chanvre apparaissent sur le marché, de la fleur brute aux huiles, qui offrent des quantités élevées de CBG. À l’avenir, le CBG rejoindra probablement le panthéon des cannabinoïdes aux côtés du CBD et du THC.

Lequel Est Le Meilleur : CBG ou CBD

Ni le CBD ni le CBG ne sont supérieurs. Bien qu’ils partagent des similitudes, ils fonctionnent de manière unique. Le CBD a certainement plus de preuves scientifiques et de popularité derrière lui. Cependant, comme le CBG continue à faire l’objet de plus d’études et à attirer l’attention du grand public, les consommateurs opteront probablement pour ce cannabinoïde en plus des formulations à base de THC et de CBD.

Bien que différents à plusieurs égards, le CBG et le CBD pourraient être une combinaison redoutable lorsqu’ils sont consommés ensemble. En exploitant les qualités des deux, les consommateurs peuvent soutenir leur bien-être sous de multiples angles, même si nous ne savons pas encore ce dont le CBG est exactement capable. Cette pratique, qui s’inscrit dans la théorie de « l’effet d’entourage », soutient l’idée que de nombreux cannabinoïdes sont meilleurs qu’un seul lorsqu’il s’agit d’effets sur l’Homme.

Le CBG Est-Il Sans Dangers ?

Les études disponibles affirment que le CBG est sûr à consommer et bien toléré[7] chez les animaux. Contrairement au THC, le CBG ne présente pas d’effets secondaires psychotropes.

Si vous êtes curieux d’expérimenter les effets du CBG par vous-même, consultez la gamme d’huiles au CBG et des variétés riches en CBG de Royal Queen Seeds.

CBG : Un Cannabinoïde Cher

L’extraction et l’isolation du CBG à partir de chanvre et de plantes de cannabis est un processus coûteux. Ce cannabinoïde particulier ne se trouve qu’à l’état de traces, et il n’a jamais été le centre d’intérêt des sélectionneurs de cannabis au fil des ans. Le THC et le CBD sont depuis peu les deux cannabinoïdes au centre de toutes les attentions.

La majorité des variétés de cannabis contiennent moins de 2 % de CBG, ce qui signifie qu’il faut beaucoup de fleurs matures afin d’isoler une petite quantité de CBG. Sinon, un cultivateur pourrait renoncer à une récolte entière de THC/CBD, en récoltant plus tôt afin d’exploiter davantage de CBG avant sa conversion naturelle en d’autres composés. Outre sa rareté, le CBG demande un équipement coûteux pour son extraction, tandis que la sélection de nouvelles variétés à dominance de CBG peut prendre des années, ce qui augmente encore les coûts.

0
    0
    Votre panier
    Votre panier est videRetour à la boutique